Le village est organisé en quartiers, selon les affinités ethniques. La plupart des habitats sont réalisés en terre et toit de paille. Certains Peuls vivent encore de façon traditionnelle, c'est-à-dire dans des huttes en paille, coutume du temps où les Peuls étaient nomades. Il n'y a pas l'électricité au village et encore moins l'eau courante. Les femmes vont chercher l'eau au puits le plus proche, parfois à plus d'un kilomètre.

L'architecture est différente selon les ethnies, mais on retrouve toujours le même schéma : une cour protégée par des murets, à l'intérieur de laquelle on trouve la case de l'homme, une case par femme, mais aussi des greniers à mil (petites huttes sur-élevées pour conserver le grain).

Les cases sont exigües. Chaque femme cuisine dans sa case, dans des poteries posées au sol. Les aliments sont cuits sur un feu de bois. Le jour, les nattes sont relevées contre un mur. Les soir, elles sont mises au sol pour dormir avec les enfants.